Rechercher

P comme Progrès

Mis à jour : 9 nov. 2019

Pour m'accompagner dans mes réflexions sur la Réuniologie, j'ai créé fin 2018 un "Panel" constitué d'une bonne dizaine d'amis et d'experts que je sollicite pour rebondir sur des idées et répondre à des questions.


Il y a quelques semaines, je les ai sollicités sur l'évaluation des réunions que je pratique aussi souvent que possible en live, mais aussi a posteriori (immédiatement après la fin de la réunion) notamment grâce à l'application ROTI.express.

(ROTI est un acronyme issu des méthodes du développement agile pour "Return On Time Invested".)


Mes questions étaient : Que puis je faire pour augmenter le taux de retour qui dépasse rarement les 75% ?

Notamment pour recueillir les feed backs les moins satisfaits et probablement les plus utiles. Qu’est ce qui amène les personnes interrogées à ne pas répondre ? De la peur ? Du désintérêt ?


Voici la synthèse des réponses et idées que j'ai recueillies.

Peut être est ce que cela aider ceux qui veulent fair avancer leurs pratiques ?


Les causes possibles de ce faible niveau de retour

- trop de sollicitations, trop de questionnaires, sans voir réellement la valeur ajoutée

- peur de l’effet boomerang : "si je commente sur ce qu'a fait l’autre, je m’expose à la même chose de la part de mes interlocuteurs ..." 

- peur de l’usage de l’information recueillie : "je vais être jugé sur ce que j’ai dit ou écrit" et de l’effet big brother "quelqu'un va monétiser l'information"

- l’évaluation arrive en général à un moment où l'on a déjà basculé dans l’action suivante, ou bien lorsqu’on est épuisé par la réunion… (l’expérience d’évaluation doit donc être courte, percutante, ludique, et sur un outil adapté) 

- désengagement général. Le management classique est encore très pyramidal et loin d’être «libéré» avec deux perspectives différentes qui conduisent à ne pas vouloir s’engager dans l’évaluation. Le manager : "je suis le manager, je n'ai pas de feedback à recevoir des mes employés. J'ai mis 5 ans à en arriver là. C'est moi qui commande, eux ils obéissent." Le collaborateur qui est dans un climat de crainte : "ce que je vais dire va être utilisé contre moi" ou bien qui porte un regard critique sur son manager et ne souhaite pas le voir progresser davantage : "je garde mes bonnes idées pour moi".


Des idées pour que les participants répondent davantage

- bien expliquer dès le démarrage de la réunion, qu’une évaluation sera sollicitée et partager l’intention de cette évaluation destinée à améliorer les pratiques

- prévoir le temps nécessaire dans l'agenda

- se focaliser sur un petit nombre de questions très connectées à la réunion, son contenu ou son process

- pour une équipe qui se retrouve régulièrement, être patient et démontrer par le premier feed back que les pistes d’amélioration proposées ont été discutées, et certaines activées.


Autres idées

- le feedback à chaud a l'avantage de capturer au delà des mots, le non dit et les émotions,

- le feed back a posteriori est plus pertinent si l'attendu porte sur une réflexion de fond sur le contenu, - comme pour toutes les élections, il faudrait idéalement que le vote blanc compte😊. la non-réponse peut être un signe alarmant de désintérêt. 


Foncez.

Osez évaluer vos réunions.

Et dites moi ce qui bloque ou bien ce qui débloque ?



#reuniologie, #reunion, #meeting

0 vue
  • LinkedIn - White Circle
  • White Twitter Icon